Augmentation des tensions intrafamiliales - Jean-Luc LAGLEIZE

Augmentation des tensions intrafamiliales

La période actuelle de confinement instaure un huis-clos au sein des familles, propice à une augmentation des tensions intrafamiliales, à l’émergence de conflits voire à de la maltraitance.

Il convient plus que jamais d’agir face aux violences. Afin de les prendre en compte, de nombreuses initiatives ont vu le jour :

 

1) Concernant les violences intrafamiliales :

  • Une campagne d’information et de sensibilisation (radio, télévision et internet) est en cours pour relayer le 119, numéro d’appel pour l’Enfance en Danger. Un formulaire est en ligne depuis cette semaine sur le site du 119, permettant de faire un signalement : https://www.allo119.gouv.fr/recueil-de-situation
    L’équipe du 119 assure une continuité de service 24h sur 24 et 7j sur 7.

 

 

  • L’Éducation Nationale est également mobilisée en demandant aux enseignants qui avaient identifié des familles à risque, de les appeler plus régulièrement et de discuter avec les enfants.

 

  • En lien avec Julien Denormandie, Ministre chargé de la Ville et du Logement, un travail est effectué avec les bailleurs sociaux afin d’avoir un affichage dans tous les halls d’immeuble.

 

  • Il est possible aux femmes victimes de violences de se signaler discrètement en pharmacie. Des témoins de ces violences pourront également aller y faire les signalements et y trouver de l’aide. Inspiré d’expériences européennes, le dispositif permet d’alerter les forces de l’ordre dans des situations de violences intrafamiliales et leur permettre, le cas échéant, d’intervenir en urgence.

 

  • Un affichage est en préparation avec les numéros utiles en ce sens à savoir le 39 19 pour les violences conjugales et le 119 pour les violences intrafamiliales.

 

  • 08 019 019 11 : le numéro national dédié à l’écoute des auteurs de violences a été lancé lundi dans le but d’éviter que les tensions au sein du couple ou de la famille ne s’aggravent pendant la période du confinement. Cette ligne, financée par la Délégation aux Droits des femmes et gérée par la Fédération nationale d’accompagnement des auteurs de violences (Fnacav), est ouverte du lundi au dimanche de 9H00 à 19H00.

 

  • Le numéro d’urgence 114 destiné aux sourds et malentendants va, à partir de cette semaine, être accessible aux femmes victimes de violences conjugales en cette période de confinement. Ce numéro gratuit sera accessible par SMS.

 

  • Par ailleurs la Gendarmerie Nationale met tout en œuvre pour lutter contre les violences intra-familiales dans le cadre du confinement COVID-19 et protège les victimes grâce au 17 numéro d’appel d’urgence des forces de l’ordre.

 

 

2) Aide aux parents :

  • Rappel et diffusion du numéro de téléphone 0 800 130 1000, initialement réservée aux informations sur le covid-19. Elle est désormais élargie à une écoute psy.
    Dans cette logique, le Gouvernement travaille à la création d’une ligne spécialisée d’aide à la parentalité.
    Il s’agirait d’un numéro d’écoute national, qui autant que possible rebasculerait vers des associations locales.

 

3) Médiation :

  • Le Cabinet FH Médiation de Saint-Jean, et Mme Françoise HOUSTY, ont mis en place une adresse mail dédiée à la médiation en période de confinement : mediation.confinement@free.fr Il s’agit d’organiser des rencontres virtuelles en présence d’un médiateur, pour tous types de difficultés, mais surtout pour toutes les questions familiales dont les conflits peuvent s’aggraver en cette période de confinement.

 

En cas de difficulté pour utiliser ces dispositifs, merci de me contacter à :  http://www.jeanluclagleize.fr/contact/

8 avril 2020