Commission des affaires économiques – Audition d’Isabelle MÉJEAN, économiste - Jean-Luc LAGLEIZE

Commission des affaires économiques – Audition d’Isabelle MÉJEAN, économiste

Mercredi 1er juillet 2020, la Commission des affaires économiques a auditionné Isabelle MÉJEAN, économiste qui a reçu dernièrement le Prix du meilleur jeune économiste 2020 décerné par le journal « Le Monde » et le Cercle des économistes.

 

Parmi les enjeux économiques auxquels nous faisons face figure celui de la mondialisation des échanges, qui s’est intensifiée ces dernières décennies en parallèle de l’abaissement régulier des droits de douane.

 

Malheureusement, le système multilatéral de l’Organisation mondiale du commerce s’est peu à peu érodé et se voit remplacer par la négociation d’accords commerciaux bilatéraux. Même s’ils présentent un certain nombre d’avantages, ces accords commerciaux constituent des exceptions au système que souhaite construire l’OMC, fondé sur la liberté commerciale et sur la non-discrimination entre les partenaires.

 

Pourtant l’OMC est la seule organisation internationale à vocation mondiale qui est à même de régir le commerce entre les pays et de favoriser autant que possible la bonne marche, la prévisibilité et la liberté de nos échanges.

 

Cette concurrence et cette érosion du système multilatéral se sont en outre accélérées depuis le début de la guerre commerciale que se mènent les États-Unis et la Chine et qui a des retombées négatives majeures pour l’Union européenne.

 

Dans ce contexte de tensions importantes sur la scène commerciale internationale, j’ai interrogé Isabelle MÉJEAN sur :

  • Ses perceptions des accords commerciaux bilatéraux ou régionaux dans le cadre de ses recherches sur l’extension des chaînes de valeur provoquée par la mondialisation.
  • La réforme de l’OMC que peuvent défendre la France et l’Union européenne pour préserver le système du libre-échange international.
  • La mise en place une taxe carbone aux frontières, qui ne devra pas fragiliser encore plus le multilatéralisme.

 

Je vous invite à retrouver dans la vidéo ci-dessous mon intervention, ainsi que la réponse d’Isabelle MÉJEAN, économiste :

 

1 juillet 2020