Mission parlementaire en Guyane française à l'occasion du lancement VA 244 - Jean-Luc LAGLEIZE

Mission parlementaire en Guyane française à l’occasion du lancement VA 244

En tant que co-Président du groupe d’études « Secteur aéronautique et spatial » à l’Assemblée nationale, j’ai eu l’opportunité de me rendre en Guyane française, à Kourou, pour assister au lancement de quatre nouveaux satellites Galileo par une fusée Ariane 5 le mercredi 25 juillet 2018. Leur mise en orbite porte à 26 le nombre de satellites de la constellation Galileo, le programme européen de navigation par satellites, ce qui accroît encore sa couverture mondiale. Il s’agissait là du 99ème lancement d’Ariane 5.

 

Projet emblématique de la Commission européenne, le système de navigation Galileo entend rivaliser avec les systèmes de géolocalisation américain et russe, tout en améliorant les services rendus aux utilisateurs grâce à une très grande précision et la datation du signal. Ce système de navigation sera utile dans les transports maritimes, ferroviaires, aériens, terrestres, les opérations de secours et de sauvetage, l’agriculture ou la prospection pétrolière.

 

Ce déplacement de trois jours était l’occasion de rencontrer l’ensemble des acteurs du secteur spatial, comme Arianespace, l’Agence spatiale européenne (ESA), le CNES, Thales Alenia Space ou encore des représentants de la Commission européenne. Il m’a permis également de visiter les infrastructures impressionnantes du Centre spatial guyanais, fleuron français et européen en première ligne pour la conquête spatiale.

 

Galileo est le système civil de navigation par satellite à couverture mondiale de l’Europe. Une fois complet, le système consistera en de nombreux satellites opérationnels et en une infrastructure au sol associée pour fournir des services de localisation, de navigation et de synchronisation. Mais le système est déjà disponible pour les utilisateurs possédant des récepteurs récents qui combinent les messages de navigation Galileo et GPS afin d’obtenir une localisation plus précise. La Commission européenne, en sa qualité de responsable de l’ensemble du programme, assure la gestion et la supervision de la mise en œuvre de toutes les activités afférentes.

26 juillet 2018