Bioéthique : des avancées pour tous ! - Jean-Luc LAGLEIZE

Bioéthique : des avancées pour tous !

Après près de deux ans de débats parlementaires, le projet de loi relatif à la bioéthique a été définitivement adopté par l’Assemblée nationale le mardi 29 juin 2021 !

 

Les lois de bioéthique ont la particularité de placer les avancées de la science, de la médecine et les questions éthiques qu’elles soulèvent au cœur du débat démocratique. Il s’agit de décider ce qui est souhaitable parmi ce que la science permet, tout en respectant la dignité humaine, le libre choix et l’intérêt collectif dans notre société.

 

Spécificité française, les lois de bioéthique sont révisées tous les sept ans pour prendre en compte les avancées de la science et mieux répondre aux attentes de notre société en perpétuelle évolution.

 

Les sujets relatifs à la bioéthique ont ainsi une sensibilité particulière car ils touchent chacun d’entre nous dans nos convictions les plus intimes. Il était donc tout à fait légitime de prendre le temps nécessaire à la réflexion et au débat.

 

J’ai voté en faveur de cette loi car elle dessine selon moi un cadre équilibré entre l’accès à de nouveaux droits, l’utilisation raisonnée et sécurisée des progrès scientifiques et techniques et le respect de la personne humaine.

 

Au titre des nouveaux droits, la loi prévoit, conformément aux engagements du Président de la République, l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation (PMA) aux couples de femmes et aux femmes non mariées, prise en charge par l’assurance maladie comme pour les couples hétérosexuels.

 

Elle prévoit aussi que les enfants issus d’une procréation médicalement assistée avec don, devenus adultes, pourront avoir accès à leurs origines. De même, la loi clarifie la filiation pour les enfants nés dans un couple de femmes afin de sécuriser les liens des parents avec l’enfant.

 

Pour mettre les avancées scientifiques et médicales au service de la santé et permettre des améliorations futures, cette loi facilite aussi les recherches sur les cellules souches et encadre la réalisation des examens génétiques et la transmission de ces examens.

 

Cette révision des lois de bioéthique a en tout cas été une formidable opportunité de débat démocratique sur des questions fondamentales : comment bénéficier au mieux des progrès offerts par la science ? De quelles dérives souhaitons-nous nous prémunir ?

 

Le débat parlementaire, au cœur de notre démocratie, a permis de souligner que l’égalité de droits n’attend pas, que l’égalité de droits ne nuit pas à notre société, au contraire, mais contribue à l’élever.

 

Je suis donc très fier d’avoir voté en faveur de cette loi et vous invite à retrouver ma réaction dans la vidéo ci-dessous :

24 juin 2021