Commission des affaires économiques - Audition de M. Jean-Baptiste LEMOYNE, ministre délégué chargé du tourisme, des Français de l'étranger et de la francophonie et chargé des petites et moyennes entreprises - Jean-Luc LAGLEIZE

Commission des affaires économiques – Audition de M. Jean-Baptiste LEMOYNE, ministre délégué chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie et chargé des petites et moyennes entreprises

Le mardi 8 février 2022, la Commission des affaires économiques a auditionné Jean-Baptiste LEMOYNE, ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie et récemment nommé ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance, chargé des petites et moyennes entreprises (PME), afin de réaliser les bilans des actions ministérielles dans ces domaines.

 

En cumulant deux portefeuilles ministériels, le ministre Jean-Baptiste LEMOYNE a dû redoubler d’efforts pour faire face aux difficultés de ces deux secteurs pendant la crise sanitaire. Toutefois, il a su mutualiser les efforts économiques et politiques au profit d’un point commun entre tourisme et entreprises : le rayonnement français.

En effet, alors que le tourisme met en avant ce que la France a de meilleur, à savoir sa culture et son patrimoine unique, les entreprises françaises font vivre le Made in France à l’étranger. Les députés représentants les français à l’étranger, et les membres des groupes d’amitié entre la France et les pays du monde, ont une place de choix dans ce rayonnement français : ils sont des ambassadeurs de la francophonie sur la planète.

 

Comme l’a rappelé le ministre, les secteurs du tourisme et des entreprises ont été particulièrement exposés aux conséquences de la crise sanitaire. Mais le gouvernement a su répondre aux défis posés par cette crise et accompagner les professionnels tant dans la réparation des dégâts causés que dans la préparation d’un futur meilleur.

 

Le soutien économique de l’Etat au secteur du tourisme a été sans précédent : 38 milliards d’euros de soutien d’urgence depuis le début de la crise ; différents plans de relance tels qu’Avenir Montagne ou Destination France. Cet engagement pour la préservation d’une excellence touristique française s’est révélé nécessaire pour faire face à la concurrence mondiale toujours plus féroce dans ce domaine, qui demande des transitions écologiques et numériques rapides.

Compte-tenu de l’importance du secteur touristique pour la France, la Commission des affaires économiques a suivi de près les conséquences de la crise sanitaire sur le tourisme, à travers un rapport d’information en juillet 2019, un groupe de suivi durant le premier confinement ou encore un très récent rapport d’information sur le tourisme de montagne (février 2022).

 

S’agissant des PME, le gouvernement a engagé des réponses massives afin d’éviter les vagues de faillite et de licenciement, et de limiter les crises économiques, sociales et politiques qui en découlent. Les retombées économiques actuelles nous confirment que le “Quoi qu’il en coûte » a été une stratégie gagnante qui a permis de protéger notre tissu économique français.

 

Au-delà de la crise sanitaire, le gouvernement a su mettre en place les outils nécessaires pour la protection et l’expansion de nos entreprises : loi PACTE, revalorisation de la prime d’activité, diminution de l’impôt sur les sociétés, prime Macron, etc. A cela s’ajoutent les Assises du commerce, qui ont permis d’améliorer les conditions de travail des commerçants, ainsi que la toute nouvelle loi sur l’activité professionnelle indépendante, qui permet plus de protections et de simplifications aux trois millions de travailleurs indépendants en France. Le plan France Relance complète le tableau déjà riche du bilan économique du Président de la République.

8 février 2022