Commission des affaires économiques - Audition de M. Julien DENORMANDIE, ministre de l’agriculture et de l’alimentation - Jean-Luc LAGLEIZE

Commission des affaires économiques – Audition de M. Julien DENORMANDIE, ministre de l’agriculture et de l’alimentation

En cette rentrée 2022, les auditions des ministres par les différentes commissions de l’Assemblée nationale sur le bilan de leur travail réalisé depuis 2017 se poursuivent. Le 18 janvier dernier, la Commission des affaires économiques a reçu Julien DENORMANDIE, ministre de l’agriculture et de l’alimentation.

 

Le ministre nous a rappelé le principal objectif qui a guidé l’ensemble de son action à la tête du ministère : celui de la souveraineté agroalimentaire. Pour cela, la France s’est engagée pour faire face au défi climatique, démographique et économique et pour s’adapter aux nouvelles exigences de la transition environnementale et du bien-être animal.

Le ministre a aussi partagé son approche humaine de l’agriculture à travers sa lutte contre l’inégalité nutritionnelle alimentaire et la valorisation des agriculteurs, qu’il nomme “entrepreneurs du vivant”.

Ce mandat a notamment été marqué par les États généraux de l’alimentation, la loi EGALIM et la définition du nouveau Plan stratégique national français pour la future PAC.

 

Dans le cadre de cette audition, j’ai interpellé Julien DENORMANDIE sur la question de l’agriculture urbaine.

En effet, le contexte de la crise sanitaire a accentué le désir des concitoyens pour les circuits courts. Une attention plus particulière a donc été donnée à la valorisation des jardins partagés et à l’agriculture urbaine.

Leur développement est en effet très bénéfique et positif pour les centres urbains : ce sont des espaces privilégiés de biodiversité, des lieux conviviaux participant directement à la cohésion sociale des quartiers. Ils participent à la sensibilisation des habitants aux questions environnementales et constituent un véritable pont entre le monde urbain et le monde agricole.

 

L’engagement du ministère de l’agriculture sur la question a été remarquable, en veut pour preuve l’allocation de 17 millions d’euros du Plan de relance à destination des jardins partagés et collectifs.

J’ai été particulièrement enthousiasmé par le focus que le ministre de l’agriculture a opéré, avec la ministre chargée de la ville, sur les quartiers de renouvellement urbain, à travers l’opération « Les quartiers fertiles », pilotée par l’ANRU. Les projets financés permettent de mettre l’agriculture urbaine au cœur des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

C’est notamment le cas pour le quartier des Izards (Toulouse) qui accueille l’EDENN, un écopôle dédié à l’alimentation durable et à l’agriculture urbaine que j’ai visité le mois dernier. Ce projet est l’opportunité de maintenir et de développer les dernières terres agricoles de la ville, de cultiver des produits frais, locaux et de saison et de participer à l’emploi local ainsi qu’au dynamisme du quartier.

 

Pour autant, le développement du projet se heurte à un problème plus large : celui de la disponibilité du foncier, ou plutôt de son indisponibilité. En effet, l’agriculture urbaine entre en concurrence directe avec la promotion immobilière, à qui les terrains libres sont prioritairement réservés. Or, la nécessité de mettre en place des espaces de jardins partagés grandit et doit cohabiter avec l’impératif de produire toujours plus de logements.

Dès lors, j’ai voulu connaître les pistes envisagées par le ministère pour favoriser la conservation de terrains à destination de ces projets, afin de rendre compatible l’agriculture urbaine et le développement de logements pour les citoyens.

 

Je vous invite à retrouver dans la vidéo ci-dessous mon intervention ainsi que la réponse de Julien DENORMANDIE, ministre délégué chargé de l’agriculture :

18 janvier 2022