Groupe d'amitié France - Nouvelle-Zélande - Rencontre de Jane COOMBS, l'Ambassadrice de la Nouvelle-Zélande - Jean-Luc LAGLEIZE

Groupe d’amitié France – Nouvelle-Zélande – Rencontre de Jane COOMBS, l’Ambassadrice de la Nouvelle-Zélande

Le mercredi 13 octobre 2021, j’ai participé à une rencontre de son Excellence Jane COOMBS, ambassadrice de Nouvelle-Zélande en France. Ensemble, nous avons pu revenir sur les différents points marquants de l’actualité pour nos deux pays.

 

 

La Nouvelle-Zélande est un pays au cœur de la zone indopacifique, lieu hautement stratégique pour la France. Nous sommes des partenaires de la coopération régionale pacifique à travers les collectivités d’Outre-mer françaises présentes au sein du Forum des îles du Pacifique et de la Communauté du Pacifique.

J’ai eu l’occasion de féliciter son Excellence pour la remarquable gestion néo-zélandaise de la crise sanitaire, avec un nombre très faible de morts du COVID-19 (25 environ). Mme COOMBS a par ailleurs indiqué que les informations en provenance de l’Europe ont nourri leur stratégie pour faire face à la pandémie, démontrant une fois de plus l’importance de la coopération internationale pendant la crise sanitaire.

La reprise économique en Nouvelle-Zélande nous a permis de revenir sur les négociations de l’accord commercial avec l’Union européenne. Cet accord sera une véritable opportunité pour nos deux pays, alors que la Chine est aujourd’hui première destination des exports néo-zélandais.

Nous sommes enfin revenus sur la crise diplomatique liée au contrat de livraison de sous-marins annulé par l’Australie, actualité qui a particulièrement marqué notre rentrée. L’Ambassadrice nous a assuré de la surprise du gouvernement face à cette décision et a réaffirmé sa position contre la navigation d’engins à propulsion nucléaire dans les eaux néo-zélandaises.

 

Pour ma part, j’ai souhaité aborder avec Mme l’Ambassadrice le sujet de la réduction des gaz à effet de serre émis par le trafic aérien, sachant que la configuration insulaire de la Nouvelle-Zélande la rend particulièrement dépendante de l’avion. Connu pour son engagement écologique, Mme COOMBS m’a rappelé que le pays est très engagé dans la recherche de solutions pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, qui dans son pays sont principalement produis par l’agriculture. Sur le sujet de l’aéronautique, un accord a été signé entre Airbus et Air New Zealand en septembre dernier pour développer les avions à hydrogène.

La France est considérée comme un acteur de stabilité de la zone indopacifique, œuvrant pour le bien-être économique, politique et stratégique de la zone. Ces rencontres dans le cadre de notre groupe d’amitié sont essentielles pour renforcer nos étroites relations et avancer ensemble sur ces sujets communs !

 

 

Pour ma part, j’ai souhaité aborder avec Mme l’Ambassadrice la volonté ou non de lutter contre la pollution du trafic aérien, sachant que la Nouvelle-Zélande est une île donc est particulièrement dépendante de l’avion. Connu pour son engagement écologique, elle m’a rappelé que le pays est très engagé dans la recherche de solutions pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, qui sont principalement produis par l’agriculture. Un accord a par exemple été signé entre Airbus et Air New Zealand en septembre dernier pour développer les avions à hydrogène.

 

La France est considérée comme un acteur de stabilité de la zone indopacifique, œuvrant pour le bien-être économique, politique et stratégique de la zone. Ces rencontres dans le cadre de notre groupe d’amitié sont essentielles pour renforcer nos étroites relations et avancer ensemble sur ces sujets communs !

 

13 octobre 2021