Question au Gouvernement sur l’inévitable reconversion d’une partie des emplois de la filière aéronautique - Jean-Luc LAGLEIZE

Question au Gouvernement sur l’inévitable reconversion d’une partie des emplois de la filière aéronautique

 

À l’occasion de la séance de questions au Gouvernement du 08 décembre 2020 à l’Assemblée nationale, j’ai interrogé Élisabeth BORNE, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, sur la reconversion inévitable d’une partie des emplois de la filière aéronautique.

 

Alors que la crise sanitaire de la COVID-19 a porté un véritable coup d’arrêt au transport aérien, le secteur aéronautique est lui aussi en souffrance et fait face à des difficultés financières et à une perte de chiffre d’affaires qui pourraient mettre en jeu sa survie, d’autant plus que les prévisions n’anticipent pas de retour à des échanges aériens au niveau pré-crise avant quatre ou cinq ans.

 

Des donneurs d’ordre aux sous-traitants, toutes les entreprises sont actuellement dans des situations extrêmement préoccupantes, avec des licenciements qui pourraient toucher près de la moitié des employés de l’aéronautique de la région Occitanie d’ici quelques mois et le rachat de certaines entreprises industrielles du secteur par des investisseurs étrangers cherchant à conquérir de nouveaux marchés.

 

Au travers de cette question, j’ai ainsi alerté le Gouvernement sur la mise en péril du savoir-faire de cette industrie d’excellence, ainsi que de ses capacités d’innovation technologique.

 

Nos dispositifs comme l’activité partielle sont malheureusement inadaptés car ils ne pourront jamais perdurer pendant encore quatre ou cinq ans. Nous devons donc planifier, ensemble, une reconversion industrielle à grande échelle d’un nombre important d’emplois du secteur aéronautique pour éviter une trop forte progression du chômage.

 

Dans ce contexte, j’ai de nouveau proposé au Gouvernement de créer un ambitieux dispositif de détachement financé par l’État et les régions qui permettrait de détacher des salariés actuellement à l’arrêt vers d’autres secteurs d’avenir, comme la robotisation industrielle, les mobilités du futur, ou encore l’intelligence artificielle.

 

Un tel dispositif, crucial pour l’industrie aérospatiale et transposable dans d’autres secteurs et d’autres régions, permettrait de développer de nouvelles filières d’excellence et d’avenir dans nos territoires tout en sauvegardant de précieuses compétences.

 

Je vous invite à retrouver dans la vidéo ci-dessous mon intervention, ainsi que la réponse de Laurent PIETRASZEWSKI, Secrétaire d’État auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, chargé des Retraites et de la Santé au travail :

8 décembre 2020