#SurLeTerrain des quartiers toulousains Marengo et La Juncasse - Jean-Luc LAGLEIZE

#SurLeTerrain des quartiers toulousains Marengo et La Juncasse

Commerce, associations : à la rencontre de lieux de vie dans les quartiers toulousains de Marengo et La Juncasse ce vendredi 9 juillet.

 

Tout d’abord à la « La Chouette Coop », un supermarché coopératif innovant, à but non lucratif. Inspiré du modèle créé à Brooklyn en 1973 (le Park Slope Food Coop), importé à Paris en 2016 (La Louve), celui de Marengo a ouvert en 2020. Ce supermarché propose à ses adhérents de contribuer bénévolement à son fonctionnement, 3 heures par mois.

La gestion de ce commerce par ses 900 « coopérateurs » permet un accès à des produits de qualité, prioritairement issus de l’agriculture durable et de circuits courts. L’objectif est de favoriser à la fois l’économie locale et la juste rémunération des producteurs. Une écologie pragmatique qui facilite lien social et mixité intergénérationnelle !

Un peu à l’étroit, ces acteurs du développement durable espèrent trouver de nouveaux locaux, peut-être dans le futur ensemble immobilier de l’ancien CEAT (Centre d’Essais Aéronautiques de Toulouse), entre la Roseraie et Jolimont.

 

Je me suis ensuite rendu rue Louis Plana à la rencontre d’Emmanuelle DARAN, Présidente de « L’Esperluette ». Cette association met à disposition un lieu d’accueil, d’écoute et d’échange pour soutenir les familles dont l’un des enfants est en situation de handicap (quel que soit l’âge et quel que soit le handicap).

Elle a été créée en 2006 par le réseau « recherche sur la santé et les handicaps de l’enfant en Haute-Garonne » de l’INSERM. La démarche est pluridisciplinaire (collectif réunissant l’hôpital des enfants, le GIHP – Groupement pour l’insertion des Handicapés Physiques et le rectorat de Toulouse) avec différents professionnels des secteurs du social, du médical et de l’accompagnement psychologique.

J’ai été touché par l’initiative de cette association qui vise également à soutenir les familles concernées par l’« errance de diagnostic ». Dans cette optique, l’association accompagne à l’accès au droit commun pour tous, propose des cafés-débats animés par des experts, et organise des activités sportives et de loisir.

Par ailleurs, un système de « pair-aidance », harmonisé par des échanges entre parents et personnes handicapés, contribue à la mise à disposition d’outils pour aider à l’insertion professionnelle. Enfin, « L’Esperluette » voit aussi une possible évolution dans le projet d’aménagement urbain du CEAT, où une dizaine de logements adaptés sont envisagés pour les bénéficiaires de cette association.

 

Troisième étape au sein du club de Football américain des « Ours de Toulouse ».
J’ai été impressionné par l’énergie que dégagent les administrateurs et leur Président, Arnaud MONTGENIE. Ils m’ont présenté l’un des plus anciens clubs français, classé cinquième club de l’hexagone en terme de structuration et troisième club formateur.
Au total, ce sont 450 membres qui se rassemblent autour de ce sport peu connu dans le sud-ouest. Les « Ours de Toulouse » proposent 3 disciplines : le football américain, le flag (version allégée sans équipement ni contact) et le cheerleading (acrobaties et pom-poms).
Avec une croissance régulière du nombre de licenciés, la vocation première du club est d’assurer l’initiation des pratiquants, leur développement physique, technique et moral.
Les membres du bureau m’ont enfin partagé leur espoir d’aménagement d’un nouveau bâtiment, accompagné de tribunes, pour y recevoir plus confortablement leurs adhérents et leur public.

 

Cette journée #SurLeTerrain s’est conclue en compagnie du « Toulouse Cheminots Marengo Sports » et de son Président, Gilles ALLEGUEDE.
Créé en 1927, il s’agit du plus ancien club de sport toulousain, regroupant 2200 adhérents et 22 sections : basket, plongée, football, pelote, rugby, tennis, handball, gymnastique d’entretien, randonnée, etc.

Une belle anecdote m’a été partagée ce jour-là : à la recherche d’un joueur pour un déplacement au début des années 70, les dirigeants demandent de l’aide à un jeune novice, Guy NOVES, afin de « faire le nombre ». Après ce premier test improvisé et réussi, ce dernier choisira par la suite de délaisser son sport de prédilection, l’athlétisme, pour débuter une grande carrière dans le rugby !

Enfin, j’ai également été bluffé par l’aménagement de leurs nouveaux locaux. J’ai eu en effet la surprise de découvrir au-dessus du bâtiment principal … un terrain de pelote basque avec son fronton !

Un bel exemple d’urbanisation intelligente et rationnelle combattant l’étalement urbain et l’artificialisation des sols !

9 juillet 2021